Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

mercredi 28 août 2013

Vers la généralisation de la fibre optique

Le débit internet et la qualité de service de l’opérateur Algérie Télécom restent médiocres, et ce, de l’aveu même de Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (PTIC).
La qualité des services «n’est pas à la hauteur et représente une problématique réelle», a déploré, hier, le ministre dans un entretien accordé à l’agence APS, à propos des coupures récurrentes des services internet à haut débit (ADSL).
En cause, la vétusté du réseau actuel d’Algérie Télécom fait de câbles en cuivre destinés pour la téléphonie fixe, ainsi que les anciennes technologies utilisées par l’opérateur public, a expliqué M. Benhamadi. En janvier dernier, Azouaou Mehmel, PDG d’Algérie Télécom, avait dressé le même constat. «Nous avons accusé un retard dans le domaine des infrastructures. Nous n’avons pas investi comme devrait le faire une entreprise de télécommunications. Aujourd’hui, nous assurons le service ADSL, mais sur un réseau déployé en grande partie dans les années 1980 et 1990, un réseau initialement destiné à la seule téléphonie. Nous avons un réseau obsolète qu’il faudra changer à un moment où l’architecture même est dépassée», avait soutenu le patron de l’opérateur public. Pour y remédier, le ministre a annoncé que la fibre optique sera généralisée à tout le territoire national.
«Le réseau de câbles en fibre optique sera généralisé dans toutes les communes et localités dont la population dépasse les 1000 habitants dans le Nord et 500 dans le Sud pour assurer un meilleur débit de l’internet», a-t-il précisé, en invitant les opérateurs à couvrir toutes ces régions pour contribuer à la concrétisation de cet objectif.
Dans le cas d’Algérie Télécom, le ministre a souligné que le groupe s’emploie à développer son réseau et à améliorer la qualité du service commercial. D’ailleurs, l’opérateur historique de téléphonie fixe et d’internet a bénéficié d’un financement de 115 milliards de dinars qui devrait, selon lui, contribuer à améliorer la qualité du réseau, notamment celui en fibre optique ainsi que l’introduction de nouvelles technologies pour actualiser les prestations de services de l’internet. Une partie de ce montant, soit 48 milliards de dinars, servira au financement du plan d’investissement pour 2013. Il s’agit, entre autres, de la mise à niveau de l’infrastructure des télécoms dans les grands centres urbains, les pôles industriels, la généralisation des TIC dans différentes institutions, en plus de 2 millions d’accès supplémentaires haut débit.
Au sujet du projet de raccordement des foyers en fibre optique, le ministre a annoncé que celui-ci a été arrêté en 2010 en raison du coût élevé de l’opération, notant qu’«il n’est pas possible pour le moment de généraliser cette technologie». Algérie Télécom a privilégié plutôt d’installer la technologie MSAN, basée sur la fibre optique, avec des wilayas-pilotes avant la généralisation de l’opération.

H. L.
El Watan

samedi 24 août 2013

M. Abdelmalek Sellal s’est enquis de l’état d’exécution et d’avancement du programme de développement socio économique de la wilaya de Tiaret, procédé à la mise en service de plusieurs infrastructures et donné le coup d’envoi à d’autres projets.



Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a effectué, jeudi, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tiaret. Il était accompagné d’une importante délégation ministérielle représentant les secteurs des transports, de la santé, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de l’agriculture et du développement rural, du commerce, de l’intérieur et des collectivités locales, de l’habitat et de l’urbanisme, ainsi que de la jeunesse et des sports. Cette visite s’inscrit, faut-il le rappeler, dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
M. Abdelmalek Sellal s’est enquis de l’état d’exécution  et d’avancement  du programme de développement socio économique de la wilaya de Tiaret,  procédé à la mise en service de plusieurs infrastructures et donné le coup d’envoi à d’autres projets.
Le Premier ministre a entamé sa tournée par l’inspection des travaux de réalisation de la ligne ferroviaire à voie unique reliant Tiaret à Relizane et Tissemsilt, un projet structurant pour le développement socio-économique de la région.
Ce projet consiste en la réalisation de l’interconnexion des deux rocades ferroviaires nord et des Hauts Plateaux, avec pour objectif, l’amélioration des conditions d’exploitation du chemin de fer et le désenclavement des villes des Hauts Plateaux par voie ferrée.
Cette ligne de185 km comprendra 7 gares pour les voyageurs, réparties à travers les localités de Zemmoura, Rahouia, Mendes, Mechraa Sfa, Tiaret, Dahnouni et Mahdia.
                
Favoriser l’élevage ovin, équin et bovin
Dans le secteur de l’agriculture outre la visite d’une unité privée d’élevage équin, le Premier ministre s’est rendu au centre d’insémination artificielle avant de présider la cérémonie de remise des actes de concession au profit des jeunes agriculteurs.
Ce centre d’insémination artificielle est implanté sur une superficie de 10 hectares et contribue à la mise en place d’un pôle de développement des espèces ovines, bovines, et équines par les biotechnologies liées à la reproduction. Les meilleurs géniteurs mâles sélectionnés des races locales ovines tels qu’Ouled Djellal, Rembi et Hamra et des races bovines et équines pour la production de semences fraîches et congelées qui seront conçues dans ce centre, qui a une vocation régionale. Cette infrastructure est  composée de trois bergeries, un laboratoire doté d’équipements modernes, de chambres froides et des locaux de stérilisation. Il est prévu que le centre serve d’unité pédagogique et de centre d’essai au profit  des étudiants de l’institut des sciences agronomiques et vétérinaires de l’université  Ibn Khaldoun de Tiaret.
Le Premier ministre a rendu visite à l’unité privée d’élevage équin Feghouli Ahmed, destinée à relancer l’activité de l’élevage que les gens de la région  considèrent comme un legs séculaire. Cette activité ne peut que recevoir les encouragements du gouvernement  tant elle participe à l’effort de reprise de cette noble activité liée à nos traditions. Le cheptel de cette unité est composé de 85 chevaux de races barbe,  barbe arabe, poneys et shetlands. S’agissant de l’habitat et de l’urbanisme, M. Abdelmalek Sellal, a officiellement lancé le projet de réalisation de 1.900 logements selon la formule LPL  et pris connaissance d’une présentation du nouveau pôle urbain nord-est de Zmala. L’impact de cette opération se traduira par l’aménagement d’un plan urbanistique de 11,7 ha permettant d’occuper la partie nord-est de la ville de Tiaret. Sur un plan économique et social cela se matérialisera par la création de 2.700 emplois (1.800 postes temporaires et 900 permanents.) Cette opération permettra de loger  1.900 familles, de réduire sensiblement le taux d’occupation des logements. La  création de ce pôle urbain entre dans le cadre de l’extension de la commune de Tiaret en dégageant une superficie de 235 ha pour  absorber le déficit en matière  de logements en y injectant 6.880 unités, d’abaisser le taux d’occupation des sols, d’implanter des équipements structurants tels que l’institut des collectivités locales, le siège de la wilaya, d’assurer une extension de la ville en projetant tous les équipements de proximité, enfin la création de disponibilité foncière pour l’implantation des différents programmes d’investissement à court, moyen et long terme.
Le Premier ministre a  appelé à revoir l’opération de réhabilitation, se focalisant sur la réalisation de centres vitaux  pour les citoyens à travers la réalisation d’infrastructures  et équipements nécessaires associés ainsi que des espaces verts.

Une meilleure prise en charge de population estudiantine
Dans le cadre de l’amélioration des conditions d’enseignement et d’hébergement des étudiants, le Premier ministre s’est rendu sur le site du  projet de réalisation du rectorat où  une présentation du nouvel institut de 2.000 places pédagogiques et de la nouvelle résidence de 2.000 kits lui a été faite.
Ces projets visent l’allégement de la pression sur les infrastructures existantes et mieux prendre en charge le flux des nouveaux bacheliers, le développement du tissu des infrastructures universitaires, à travers le territoire national, l’amélioration des conditions d’hébergement et de restauration des étudiants, ainsi que le rapprochement de l’hébergement de l’infrastructure pédagogique.
M. Abdelmalek Sellal  a  procédé à la remise en activité du stade Ait-Abderrahim après des travaux de réhabilitation touchant l’ensemble des ses infrastructures. Ce stade datant des années 50, a bénéficié d’une opération de mise à niveau portant sur l’aménagement des vestiaires, l’extension de la capacité des gradins, le revêtement synthétique, de dernière génération, l’éclairage, le talus et la clôture.
La réhabilitation de ce stade historique permettra de relancer l’activité sportive de cette ville, par l’organisation de compétitions régionales et nationales. Actuellement, cinq associations sont domiciliées au stade Ait-Abderrahim, sachant que chaque association compte 5 catégories (seniors et juniors, cadets et minimes et des écoles de sport avec une moyenne de 500 athlètes. M. Sellal   a salué les athlètes de la wilaya qui se sont illustrés dans différentes disciplines dont l’athlétisme et la boxe.
Dans le secteur de la santé, les citoyens de la wilaya de Tiaret  bénéficient désormais des prestations d’un nouveau centre d’hémodialyse et bientôt d’un complexe mère et enfants.
Ce complexe permettra la normalisation de l’EHS en regroupant tous les services qui lui sont dévolus et assurera par conséquent un meilleur fonctionnement des services de la maternité urbaine par une prise en charge  rapide des usagers et particulièrement des parturientes. La date de livraison est fixée à juin 2014. Par ailleurs, la maternité de Tiaret d’une capacité de 105 lits a bénéficié d’une opération de réhabilitation permettant ainsi la création d’une unité de réanimation, d’une unité de soins, et dépistage du cancer du col d’un service de néonatologie et d’une banque de sang.
Le centre d’hémodialyse a permis la normalisation des locaux avec un plateau technique (bloc opératoire, laboratoire exploration fonctionnelle).  Actuellement, le nombre de dialysés  a atteint les 112, avec respect du temps de la séance de dialyse et l’amélioration des conditions de travail pour le personnel soignant qui compte  actuellement deux praticiens spécialistes néphrologue et biologiste et 4 médecins généralistes dont un CES. Opérationnelle  depuis 2011, la clinique dispose de 30 appareils d’hémodialyse. Le Premier ministre a insisté sur une meilleure prise en charge des malades et sur la disponibilité des médicaments.
Il a également inspecté le nouveau  projet de réalisation de quatre marchés de proximité localisés à Tiaret, Frenda, et Sougueur, par  l’entreprise Bâtimetal. L’objectif est de permettre aux citoyens des quartiers isolés, d’avoir à proximité les besoins quotidiens en alimentation, de réorganiser les commerces afin de mettre un terme à l’informel, d’où la création d’emplois pour les jeunes.

Assurer une diffusion correcte des principes du culte
Le Premier ministre a procédé à la mise en service d’un  centre culturel islamique avant de se rendre à la traditionnelle rencontre avec la société civile au niveau de la maison de la culture de Tiaret.
Ce centre à vocation culturelle et religieuse est destiné à combler le vide constaté en matière d’infrastructures et se veut un espace éducatif qui offre aux jeunes la possibilité de pratiquer des activités liées à la culture islamique devant les mettre à l’abri de toutes sortes  de dérives. Il permettra ainsi à la population  de disposer d’un patrimoine culturel qui offrira des activités de culture et de culte de qualité et participera au rayonnement de la culture islamique par des compétences nationales.
Lors de ses différentes escales, le premier ministre a tenu à insister sur l’impérieuse nécessité de mener à terme les projets lancés dans les délais impartis, mais également de respecter les normes de qualité requises  tout en tenant compte des spécificités locales pour le bien être des citoyens de la région. Des orientations ont été formulées dans ce sens.
    M. Bouraib
Sellal rencontre la société civile
« Le rêve est devenu réalité »

La traditionnelle rencontre avec les représentants de la société civile et toutes les bonnes volontés de la région n’aura pas dérogé à la règle qu’instaure le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à l’occasion de chaque prise de contact avec les citoyens. A Tiaret, dans  l’enceinte de la maison de la culture pleine comme un œuf et malgré la chaleur suffocante, le débat fut franc, animé et surtout riche d’une appréhension  correcte des problèmes de la wilaya et il dénotait d’un sens de la responsabilité indéniable de la part des intervenants.
M. Sellal s’est voulu rassurant et convaincu des potentialités de la région pour peu qu’elles soient mobilisées efficacement.
En présidant une séance de travail élargie à la société civile, il a pris connaissance des préoccupations et aspirations des citoyens. L’intérêt s’est   concentré autour de l'emploi, du logement, de l'eau potable dans certaines zones, de l'aménagement urbain et du manque de dépôts de stockage des céréales.
 A ce titre, le Premier ministre a annoncé le lancement prochain de la réalisation de 37 grandes structures de stockage dont deux d'une capacité  de 200 tonnes chacune dans la wilaya de Tiaret. M. Abdelmalek Sellal a déclaré à la satisfaction générale et concernant  le volet de l'industrie automobile,  que le projet  de construction de voiture à Bouchkif sera relancé, suite à un partenariat entre une entreprise algérienne et le constructeur allemand Mercedes. «Nous sommes sur la bonne voie. Il y a eu un partenariat entre une entreprise algérienne et l’entreprise Mercedes de production de voitures sur  la base des 51% -49%».  «Le rêve est devenu une réalité», a t-il déclaré. D’autres types de voitures suivront  tels que les véhicules touristiques. Un millier d’emplois seront créés la première année et le double les deux années suivantes pour atteindre les 3.000, a précisé le Premier ministre, ajoutant que la formation des travailleurs dans ce domaine a déjà commencé pour  toucher, dans un premier temps, environ 750 personnes.
Autre annonce non moins importante qui touche aux travaux d’aménagement de la raffinerie de pétrole de Tiaret, d’une  capacité de production de cinq millions de tonnes, seront lancés avant la fin de l’année 2013. "Les études géotechniques sont achevées et les travaux d’aménagement  de cette raffinerie, qui va produire du carburant  seront lancés avant la fin de l’année en cours.
Pour marquer la vocation agro-pastorale  de la région de Tiaret,  le Premier ministre a annoncé que quelques  50.000 ha de terres agricoles seront distribués aux jeunes  investisseurs de la wilaya de Tiaret.  Il a rappelé à cette occasion que la wilaya de Tiaret était "leader, l’année dernière, en matière de production de céréale avec 5,5 millions de tonnes",  soulignant la nécessité de soutenir les efforts consentis en la matière.
Le Premier ministre n’a pas manqué de faire observer que l’Algérie  connaît une stabilité politique et économique que tout le monde lui reconnaît. Notre pays est dans un  long fleuve tranquille a-t-il affirmé devant l’assistance. Le calme, c’est travailler et prendre son dû.
M. Bouraib

Programme complémentaire pour la wilaya
28,74 milliards de dinars alloués

Le programme complémentaire octroyé à la wilaya de Tiaret est de l'ordre de 28,74 milliards de dinars portant sur la réalisation de près de 40 opérations relevant de divers secteurs d'activités. Ce programme concerne les secteurs de l'Habitat et d'Urbanisme avec 12,2 milliards DA, Travaux publics (4,07 milliards DA), Hydraulique (3 milliards DA), selon un document remis à la presse, à l'occasion de la visite jeudi du Premier ministre, Abdelmalek Sellal dans la wilaya de Tiaret. Dans le même cadre, le secteur de l'agriculture a bénéficié de 1,15 milliard DA, les PME/PMI (1,6 milliard DA), l'éducation nationale (1,18 milliard DA), l'énergie et mines (1,18 milliard DA). Les opérations financées au titre de ce programme sont destinées à répondre aux besoins des populations en matière notamment de désenclavement d'alimentation en eau potable et d'assainissement, de scolarisation et de développement économique. La wilaya de Tiaret avait bénéficié au titre du programme quinquennal 2010-2014, d'une enveloppe globale de 185 milliards de dinars destinée à la réalisation de plusieurs projets socio-économiques, dont 38.044 logements, 5 barrages, 25 établissements scolaires, 11.000 nouvelles places pédagogiques et 6.5000 lits d'hébergement, 3 hôpitaux, 4 polycliniques, ainsi que les opérations de raccordements de 20.000 foyers en gaz de ville et 7.500 foyers à l'électricité.
Ould Kablia sur la situation aux frontières Est du pays
« L'ANP assure comme il se doit la sécurité des frontières algériennes »

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, a indiqué que l'Armée nationale populaire (ANP) "assure comme il se doit la sécurité des frontières algériennes". L'Armée nationale populaire "a renforcé ses moyens et ses capacités sur les frontières Est du pays en raison des troubles que connaît la Tunisie", a précisé M. Ould Kablia dans une déclaration à l'APS, en marge de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya de Tiaret. L'ANP "assume comme il se doit les missions qui lui sont dévolues", a-t-il souligné. "Il y a un échange d'informations sécuritaires entre l'Algérie et ses voisins pour lutter contre les différents fléaux qui menacent la sécurité et la stabilité de la région, notamment le terrorisme et la contrebande sous toutes ses formes", a-t-il poursuivi. Le ministre a, par ailleurs, affirmé qu'"il n'y a pas de relation entre les trafiquants de carburant et les narcotrafiquants".
Adhésion de l’Algérie à l’OMC
M. Benbada : « L'Algérie souhaite engager le 12e round de négociations avant décembre »

Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a affirmé jeudi à Tiaret, que l'Algérie souhaitait engager le 12e round de négociations avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC) avant le mois de décembre prochain.
M. Benbada a indiqué en marge de la visite qu'effectue le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya de Tiaret, que l'Algérie "souhaite tenir le 12e round de négociations avec l'OMC avant le 3 décembre 2013, date de la tenue de la conférence ministérielle de l'organisation à Bali (Indonésie)". Le ministre a précisé que ce round "permettra à l'Algérie de contacter les présidents des commissions de négociations à l'organisation afin de les sensibiliser à l'importance de l'appui du dossier de son adhésion" estimant que les résultats de ce 12e round de négociations seront "positifs". Il a affirmé dans ce contexte que l'Algérie avait réalisé une "avancée importante dans le processus de négociations" exprimant le souhait que cette avancée "serve le dossier de son accession à l'OMC". Rappelant les résultats de la rencontre multilatérale consacrée au secteur de l'agriculture tenue en juillet dernier, le ministre a estimé que "tous les pays ont salué l'avancée réalisée par l'Algérie dans ce domaine", ce qui devrait lui permettre de "discuter des traités bilatéraux avec plusieurs pays".
Depuis son installation en 1995, le groupe de travail chargé de l'accession de l'Algérie à l'OMC a tenu 11 réunions formelles et deux autres informelles dont la dernière a eu lieu fin mars 2012. Ce groupe a déjà examiné le régime du commerce de l'Algérie. Son premier projet de rapport a été élaboré en 2006 et a été révisé en 2008. Le projet de rapport révisé a été transmis à l'OMC, en décembre dernier, et distribué aux membres à l'occasion du11e round.
M. Ziari à propos dE LA lutte contre le cancer
« Le programme de réalisation de 20 centres se poursuit »

Le programme de réalisation de 20 centres de lutte anti-cancer se poursuit à travers le territoire national, malgré le "retard" enregistré pour certaines de ces structures, a indiqué le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelaziz Ziari. Sur les 20 centres programmés, ceux d'Oran, de Sidi Bel-Abbes, de Tlemcen, d'Annaba et de Ouargla sont opérationnels, alors que celui de Tiaret est en cours d'achèvement, a précisé M. Ziari dans une déclaration à la presse en marge de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans la wilaya de Tiaret. Pour ce qui est des centres de Batna et de Sétif, les travaux ont été achevés et leurs équipements sont en cours d'installation, a relevé le ministre, ajoutant que d'autres centres sont en cours de réalisation à Bechar, El Oued, Laghouat et Chlef.
Indemnité de contagion pour le personnel de la santé
Entrée en vigueur à partir d'août 2013

Les textes portant mise en œuvre des dispositions de l'indemnité de contagion pour certaines catégories des personnels de la santé, entreront en vigueur, à partir du mois d'août 2013, a-t-on appris jeudi, auprès du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Ces textes d'application font suite aux dispositions du décret exécutif du 20 mai 2013, relatif à l'indemnité de risque de contagion au profit des personnels des établissements publics relevant du secteur de la santé, a déclaré à l'APS, Slim Belkessam, responsable de la cellule de communication au ministère. Il a rappelé que les propositions introduites par le ministère ont permis une augmentation "substantielle" de "200 %" de l'enveloppe financière consacrée à cette prime, ainsi que celle concernant l'indemnité de garde. S'agissant de l'indemnité mensuelle du risque de contagion et, en sus de l'effet rétroactif accordé à compter du 1er janvier 2012, elle a été élargie à d'autres catégories professionnelles exerçant dans les services présentant un risque de contagion ou des activités intensives à haut risque.
La question de la Fetwa
M. Ghlamallah appelle les Algériens à solliciter les imams de leur pays


Le ministre des Affaires religieuses et du Waqf, M. Bouabdallah Ghlamallah, a appelé jeudi à Tiaret, les Algériens à solliciter l'avis d'imams nationaux pour obtenir une Fetwa concernant leurs préoccupations, affirmant que le recours à des sources étrangères "pourrait ne pas servir le citoyen algérien". M. Ghlamallah a appelé en marge de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Tiaret "le citoyen algérien à solliciter la fetwa qu'il veut auprès du membre du Conseil scientifique de sa wilaya et à ne pas recourir à des sources étrangères qui ne servent souvent pas le citoyen algérien". Il a affirmé que les solutions préconisées par les muftis ne sont pas valables pour tous, soulignant "la nécessité de faire preuve de prudence et de chercher la fetwa auprès de l'imam de sa région". A une question sur la désignation d'un mufti de la République, M. Ghlamallah a rappelé que la création de ce poste relève des seules prérogatives du Président de la République.

Un nouveau regard sur l’Algérie profonde

Le Premier ministre M.Abdelmalek Sellal accompagné de son staff gouvernemental poursuit inlassablement son périple marathonien dans l’Algérie profonde. L’occasion de constater avec satisfaction qu’à l’Est comme à l’Ouest, au Nord comme au Sud le progrès et la modernité irriguent de leurs bienfaits les coins les plus reculés du territoire national à la faveur de tous ces projets de routes, électricité, gaz,eau, hôpitaux, écoles, universités déjà opérationnels ou en voie de l’être. Un constat qui montre on ne peut plus clairement que le principe cardinal d’équilibre régional au cœur de la politique du gouvernement n’est pas un vain mot. Un choix qui a pour corollaire un effort colossal de l’Etat en termes de moyens financiers devant être mobilisés. Cette offensive qui marque avec éclat la présence effective de l’Etat sur le terrain dérange certains milieux dès lors qu’elle tranche avec l’esprit de routine et la nonchalance qu’on s’évertue à ériger en norme valable en tous lieux et tous temps, attitude par laquelle on ne fait que trahir sa médiocrité. En dehors  de toutes ces spéculations la réaction normale de tout citoyen est de voir en la personne de M. Sellal, un Premier ministre qui reste fidèle à son image d’un commis de l’Etat attaché à s’acquitter honorablement de sa noble mission au service du pays et des citoyens. Une réputation d’homme de terrain forgée tout au long d’une carrière durant laquelle la preuve a été maintes fois démontrée que le rôle d’un responsable consiste d’abord à faire en sorte que les projets soient menés à bon port, que l’activité économique tourne au rythme convenable et non à trouver les arguments pour justifier l’injustifiable. Cette logique qui donne sa pleine signification à l’efficacité, a toutes les chances de dérouler ses vertus avec les retombées positives dont on est en droit de s’attendre à l’occasion de ce cycle de visites dans les différentes wilayas du pays. On aura ainsi vu M. Sellal se donner pour règle l’écoute des citoyens pour connaître par le contact direct leurs besoins et préoccupations. L’occasion pour tout un chacun simple citoyen, opérateur économique ou représentant d’association d’exposer en toute transparence les problèmes et propositions qui méritent d’être pris en charge. C’est cette écoute et la confrontation des points de vue qui permet la prise de décisions qui mettent fin aux blocages et aux situations figées souvent éminemment préjudiciables. C’est dire que la bonne gouvernance est inséparable du travail de terrain. Cette présence de l’Etat, le dialogue avec les différents acteurs confèrent  indéniablement du crédit à la démarche des pouvoirs publics faisant gagner à l’Etat la confiance des citoyens et des investisseurs rassurés de façon concrète que les lois de la république s’appliqueront dans la transparence et l’équité.
M. Brahim
Détermination

l Le dossier et le terrain, caractérisent le style adopté par le Premier ministre qui reflète la méthode de travail de ce grand commis de l’Etat ayant occupé de hautes fonctions au sein de l’administration locale et de la hiérarchie ministérielle, capitalisant ainsi une riche expérience tant en ce qui concerne la gestion des hommes que la prise en charge des problèmes complexes des secteurs dont il avait la charge .
L’on retiendra chez M. Sellal la propension à privilégier une approche pragmatique des problèmes en veillant, autant que faire se peut, à y apporter  des solutions immédiates. Aujourd’hui, en tant que Premier ministre, il lui échoit la lourde mais non moins exaltante mission de donner un coup d’accélérateur à l’ambitieux programme de réformes initié par le Président de la République, en vue de l’accorder aux exigences de développement tenant compte des grandes mutations mondiales.
De grandes avancées sont indéniablement à mettre à l’actif de ce décideur qui a levé certains verrous bureaucratiques, en vue de faciliter au possible la vie du citoyen, notamment dans ses rapports avec l’administration, autant de chantiers auxquels s’attache avec détermination le staff de Sellal.
Alléger les pesanteurs bureaucratiques, débusquer les niches fiscales, favoriser l’investissement productif afin de créer de l’emploi, réduire les exportations et la dépendance au pétrole, toile de fond du programme présidentiel, autant de chantiers, et non des moindres, auxquels s’attache avec détermination l’équipe gouvernementale, avec chaque jour, de nouvelles avancées.
K. Oulmane
El Moudjahid

38 millions d’estivants à l’échelle nationale depuis le début de l’été


Trente huit millions (38 millions) d’estivants se sont rendus sur les plages et complexes touristiques à l’échelle nationale depuis le début de la saison estivale de l’année en cours, a annoncé mardi le secrétaire d’Etat chargé de du tourisme, Mohamed Amine Hadj Said.


"Ce nombre d’estivants est très positif en comparaison de l’année dernière", a déclaré M. Hadj Said à l’issue de sa visite au musée Ifri du congrès de la Soummam à Bejaia, appelant à "l’amélioration de la qualité des prestations touristiques pour attirer un nombre plus important de visiteurs".
Il a précisé à ce propos, que cet objectif ne sera réalisé qu’à travers le renforcement de l’investissement et la réalisation de nouvelles structures d’accueil en adéquation avec les exigences des familles algériennes outre la gestion des plages par des investisseurs spécialisés.
Concernant l’augmentations des tarifs des structures d’hébergement, le secrétaire d’Etat chargé du tourisme a imputé cela au "recul de l’offre par rapport à la demande élevée", insistant sur la nécessité d’encourager l’investissement privé et public et le renforcement de la concurrence réelle.
S’exprimant sur les "entraves" que rencontrent les investisseurs face aux banques, il a écarté l’existence de ce genre de problèmes", rappelant les conventions conclues avec six banques pour l’accompagnement des investisseurs lors de la concrétisation de leurs projets après, a-t-il dit, avoir fait l’objet d’études technique et économique.
Pour ce qui est des projets en cours de réalisation dans la wilaya de Bejaia, M. Hadj Said a affirmé que cette wilaya touristique pionnière connaissait actuellement une "relance en matière d’investissement touristique" notamment les hôtels qui répondent aux normes internationales, appelant à la concrétisation de projets de qualité.
Il a souligné en outre, l’importance d’encourager "le tourisme historique" à travers la présentation notamment de produits d’aspect historique pour préserver également les traditions et coutumes du pays.
Par ailleurs, Le secrétaire d’Etat chargé du tourisme a effectué une visite dans la wilaya de Bejaia lors de laquelle il a inspecté plusieurs projets touristiques en cours de réalisation et présidé l’ouverture du festival national du chant qui durera jusqu’au 25 août.

APS

Match gala du Real Madrid en Algérie : "Toutes les stars de l’équipe seront présentes"



Le club espagnol du Real Madrid se déplacera à Alger pour jouer un match gala le 18 mai 2014, avec sa pléiade de "stars", a affirmé mercredi, Alberto Villa, responsable d’Overon, filiale du groupe espagnol Mediapro, détenteur exclusif des droits marketing du club merengue.
"L’équipe du Real Madrid se déplacera à Alger avec son équipe A. Il y aura toutes les vedettes du club à commencer par Cristiano Ronaldo. Nous sommes persuadés que ce rendez-vous tant attendu par les Algériens, sera une grande fête", a indiqué à l’APS Alberto Villa.
L’opérateur de téléphonie mobile national Mobilis et Mediapro, ont officialisé ce mercredi à Madrid un accord final portant sur l’organisation d’un match gala entre le Real et un club algérien de Ligue 1, qui sera désigné à l’issue d’un sondage qui sera lancé prochainement sur la page facebook de la société nationale.
Concernant la retransmission TV de ce match, l’interlocuteur a souligné que les "droits seront cédés aux chaînes étrangères désireuses d’en bénéficier".
"Notre filiale s’occupe de la retransmission technique des matchs du Real. Je tiens à préciser que ce match sera retransmis uniquement sur la chaîne terrestre algérienne, les droits à l’étranger appartiennent exclusivement à Mediapro. Il y aura également une possibilité de dépêcher une équipe sur Alger pour s’occuper de tout ce qui a trait au volet de retransmission", a ajouté Alberto Villa.
La date du 18 mai fixée par les deux parties pour le match amical, pourrait être modifiée dans le cas où le club merengue viendrait à se qualifier pour la finale de la Ligue des champions, prévue le 21 mai 2014 à Lisbonne.
La date finale du déroulement de ce rendez-vous tant attendu sera connue avant le 30 avril 2014, selon le président directeur général (PDG) de Mobilis, M. Saâd Damma.

APS

Volonté d’impulser une nouvelle dynamique au développement


Plusieurs projets socioéconomiques ont été inaugurés et lancés jeudi à M’sila au titre de la visite de travail et d’inspection du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui témoigne de la volonté de l’Etat d’impulser une dynamique nouvelle au développement dans cette région.
S’inscrivant dans le cadre de l’application du programme de développement du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, cette visite a constitué une occasion pour le Premier ministre de donner des orientations aux responsables locaux en vue d’une réalisation et d’une exploitation plus efficientes des projets réceptionnés et à venir.
Accompagné d’une importante délégation ministérielle, M. Sellal a procédé au lancement d’un projet de réalisation de 1.000 logements à Boussaâda (65 km au sud de M’sila) destinés à réduire la demande en matière d’habitat dans cette ville.
Le pôle urbain de Boussaâda, qui accueille ces projets immobiliers, s’étend sur une superficie de 285 hectares pouvant accueillir jusqu’à 11.000 unités, dont 2.655 sont déjà achevées et attendent d’être distribuées.
Dans le secteur de l’Enseignement supérieur, M. Sellal a inauguré le siège du rectorat du nouveau pôle universitaire de M’sila. Ce projet comprend 17.000 places pédagogiques et 11.000 lits.
Il a, par ailleurs, procédé à la mise en service de dix groupes turbines mobiles et inspecté le chantier de réalisation de deux autres, susceptibles d’augmenter les capacités d’énergies électriques dans la wilaya.
Concernant le secteur du tourisme, la wilaya de M’sila vient de renforcer ses capacités d’hébergement avec la réouverture de l’hôtel "Caïd" de Boussaâda, fermé en 2011 pour travaux.
Ce quatre étoiles, qui est rattaché à la chaîne "El Djazaïr", compte 67 chambres, 5 suites et une piscine de 108 places.
M. Sellal a également procédé à Boussaâda à la mise en service d’un marché de gros de fruits et légumes, doté de 53 carreaux répartis en 3 blocs et inspecté des ouvrages construits pour protéger la cité des inondations.
Pour encourager les activités agricoles et industrielles à M’sila, le Premier ministre a remis des actes de concession à des investisseurs agricoles et industriels.
M. Sellal poursuivait jeudi soir sa visite dans la wilaya de M’sila en présidant une rencontre avec les représentants de la société civile.

APS
 

Lynda Tamdrari. Productrice et animatrice de radio-TV



De toutes les destinations que j’ai effectuées, surtout pour des vacances, que ce soit en Algérie ou ailleurs à l’étranger, un seul endroit reste pour le moment le meilleur souvenir de vacances que j’ai passé durant ma jeunesse.
En effet, même si je dois étonner plus d’un, ma destination vacances restera pour moi Cap Djinet. C’est là que  j’ai pris plaisir à sortir en famille et avec des amis et où nous nous sommes amusés comme on ne le fait nulle part ailleurs. Depuis mon enfance avec mes parents, nous occupons un bungalow aménagé avec tendresse, accueillant mieux qu’un 5 étoiles et d’une atmosphère si chaleureuse qu’il inspire le chez-soi à la première vue.
Pour nos activités, en plus de la pêche, il y a les randonnées pédestres où nous grimpons un mont dominant une forêt qui, elle-même, finit par plonger dans la mer. Souvent, il nous arrive de passer des moments au bord d’un lac magnifique, nous restons des heures à contempler la nature. Nous étions une vingtaine de jeunes à organiser des jeux de triathlon, le trésor caché, bref beaucoup d’activités physiques. les habitants de Cap Djinet, habitués à notre présence, sont indifférents à nos bruits, les vacanciers par contre sont plus avenants, je n’oublierai jamais nos déplacement à Aïn El Hamra dans une laiterie d’où nous ramenions du lait et du raisin sur notre passage. Quels souvenirs !
  

Mohamed Kerba
El Watan

samedi 3 août 2013

Ecoute et Promixité

Les visites de terrain dont est devenu coutumier le Premier ministre ont institué une véritable culture de proximité avec le citoyen, tout en contribuant à donner un coup d’accélérateur à l’avancée des réformes initiées par le programme présidentiel afin de mieux cadrer les actions de développement local.
Sellal donne le la en sillonnant le pays au pas de charge, visitant un chantier ici, lançant un projet plus loin, changeant une orientation ailleurs ; le point d’orgue étant la rencontre toujours  très attendue avec la société civile, toutes catégories sociales confondues, où les franges de la jeunesse, notamment, peuvent exprimer sereinement leurs doléances et leurs espoirs.
Loin de prétendre vouloir apporter des solutions immédiates, Sellal écoute et prend note, sachant au besoin dérider l’atmosphère d’un bon mot tiré du terroir, situant l’exacte proportion des exigences des intervenants et donnant les directives nécessaires aux autorités locales concernées au premier chef. C’est là, la touche particulière de l’action du Premier ministre, et quand bien même ses prédécesseurs se rendaient souvent dans le pays profond pour prendre le pouls du développement économique, encore convient-il de souligner que l’actuel Premier ministre a conféré à cette méthode, un caractère quasi-  systématique, ce qui lui donne une dimension véritablement novatrice en ce sens qu’elle est porteuse de confiance et d’ambitions nouvelles par l’écoute et la prise de décision immédiate.
Rompant avec le style de visites marquées par la lourdeur protocolaire et le décorum des autorités locales désormais sommées de prendre des initiatives et d’alléger autant que faire se peut le carcan bureaucratique, véritable hantise du citoyen, le Premier ministre privilégie donc le contact direct, favorisant l’écoute et l’esprit de synthèse.
Répondant aux préoccupations des uns et des autres, paysan du Sersou, industriel de Sétif ou cultivateur de Béchar, essuyant parfois l’ire, souvent légitime, d’un groupe de citoyens déçus par l’atonie des autorités locales, Sellal recadre au besoin une directive bancale ou apporte un ajustement nécessaire.
Toutes ces actions n’ont certes pas la prétention d’apporter des solutions  immédiates, tant la prise en charge des multiples problèmes est à la fois complexe et sensible, s’agissant surtout de la lutte contre le chômage des jeunes, plus particulièrement dans les régions reculées où la rareté du tissu industriel nécessite de favoriser les métiers locaux, notamment l’agriculture saharienne.
Elles ont cependant le mérite de susciter l’espoir chez les citoyens et de réduire le ressentiment et la déconvenue dont se nourrit la grogne sociale.
Le gouvernement Sellal œuvre donc à instaurer un nouveau modèle de développement socio-économique, porteur de cohésion sociale et reposant sur une rénovation de la   gouvernance et l’évaluation périodique des plans de développement.
K. Ousmane

El Moudjahid
 

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tiaret dans


Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tiaret dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au cours de laquelle il inspectera plusieurs projets de développement à caractère socio-économique et sportif.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tiaret dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au cours de laquelle il inspectera plusieurs projets de développement à caractère socio-économique et sportif.
Lors de cette visite d’une journée, le Premier ministre s’enquerra de l’état d’avancement des travaux des projets dont a bénéficié la wilaya dans les secteurs de l’Agriculture et du développement rural, de l’Habitat et l’urbanisme, des Transports, de l’Enseignement supérieur, de la Santé, du Commerce, des Affaires religieuses et de la Jeunesse et des sports. M. Sellal, qui sera accompagné d’une importante délégation ministérielle, inspectera dans la commune de Hammouni le chantier de réalisation de la voie ferrée Relizane-Tiaret-Tissemsilt. Au chef-lieu de wilaya, le Premier ministre visitera un centre d’insémination artificielle et présidera une cérémonie de distribution d’actes de concession au profit de jeunes.
Le programme de cette visite comporte aussi le lancement du projet de 1.900 logements socio participatifs et la présentation du nouveau projet urbain nord-est-Zemmala. En outre, M. Sellal visitera l’université Ibn Khaldoun où lui sera exposé le projet de la nouvelle résidence universitaire de 2.000 lits et celui de 2.000 places pédagogiques. Dans la commune de Tiaret, le Premier ministre visitera une unité d’élevage équin et inspectera le projet de réalisation d’un centre mère-enfant. M. Sellal inaugurera, à Tiaret, d’un centre culturel islamique, d’un centre d’hémodialyse et d’un stade avant de présider une cérémonie de remise d’attributions de locaux commerciaux à des jeunes.
Au terme de cette visite, le Premier ministre présidera, à la maison de la culture, une réunion élargie aux représentants de la société civile.
----------------------
Promouvoir le développement local
Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, effectue aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tiaret. Ce déplacement s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Le Premier ministre procédera à l’examen de l’état d’exécution et d’avancement du programme de développement socio-économique de la wilaya de Tiaret.  M. Sellal, qui sera accompagné d’une importante délégation ministérielle, présidera une réunion élargie aux représentants de la société civile.
L’agenda de M. Sellal sera  particulièrement chargé avec au programme l’inspection ou le lancement de plusieurs projets économiques et  sociaux. Le Premier ministre ira à la rencontre de la population locale en s’efforçant de répondre autant que faire se peut, à ses problèmes et autres préoccupations, de cerner les besoins exprimés par les citoyens et d’y apporter des solutions efficaces. Sa rencontre avec la société civile et toutes les forces représentatives de la wilaya constitue un des moments les plus forts et les plus significatifs de sa visite. C’est l’occasion que privilégie le Premier ministre pour entretenir une étroite proximité avec les citoyens et une écoute attentive des multiples propositions et autres doléances qui lui seront soumis. Des projets concernant l’enseignement supérieur, la jeunesse et les sports, la Santé, le commerce, l’agriculture, les transports, les affaires religieuses et le secteur de la  PME-PMI, sont inscrits au programme de cette visite.
M. Abdelmalek Sellal, est évidemment très attendu par les citoyens de la wilaya qui fondent de gros espoirs sur ce déplacement qui constitue un événement marquant pour la ville de Tiaret et de la région.
C’est également une occasion pour les citoyens de faire part de leurs préoccupations quant à la satisfaction de leurs besoins essentiels, notamment en matière d'habitat, de prise en charge des questions liées à leurs conditions sociales et au cadre de vie d’une manière générale. Point fort de cette visite, la rencontre avec les représentants de la société civile est également prévue dans l’après-midi de jeudi, en présence des responsables et des élus locaux.
Dans ce cadre de débats parfois passionnés mais jamais dépourvu d’intérêt, l’opportunité s’y prête, comme à l’accoutumée pour tous ceux qui ont à cœur d’amener une pierre à l’édifice dans l’intérêt bien compris de la wilaya et de la région qui abritent de nombreux chantiers grâce aux efforts des pouvoirs publics. La ville phare du Sersou connaît un développement indéniable surtout en matière d'habitat où Tiaret compte l’un des meilleurs taux d'occupation par logement (TOL) à l’échelle nationale. Il est certainement  attendu que le Premier ministre, à l’issue d’une inspection souvent ponctuée d’instructions, de directives et de recommandations, puisse encore octroyer des rallonges financières appréciables  pour hâter la cadence du rythme de réalisations des projets en cours ou en voie de lancement. La région ambitionne de se hisser au rang de pôle économique et industriel  à vocation régionale.
M. Bouraib
----------------------
D’importants projets en chantier
La wilaya de Tiaret, connaît une dynamique de développement dans différents domaines grâce aux importants projets dont elle a bénéficié durant la dernière décennie. Cet essor a conduit à de profondes mutations sur le plan économique et social dans cette wilaya des Hauts Plateaux qui compte 917.000 habitants, ce qui a contribué à l’amélioration des conditions de vie des citoyens. S’étalant sur une superficie de 20.050 km2, Tiaret se distingue par des reliefs variés. Elle se positionne à 1.080 m de la surface de la mer compte tenu de son emplacement sur le mont Ghezoul qui fait partie de la chaîne de montagnes, l’Atlas tellien. La wilaya occupe une position stratégique en tant que trait d’union entre les wilayas du Nord-Ouest et du Sud du pays.
 Elle est bordée au nord par Relizane et Tissemsilt, au sud par Laghouat et El Bayadh, à l’ouest par Mascara et Saïda et à l’est par la wilaya de Djelfa. Eu égard à cet emplacement, des travaux sont en cours pour raccorder la wilaya de Tiaret à la voie ferrée menant au nord à travers les lignes Tissemsilt-Tiaret-Relizane et Saida-Tiaret qui reliera, à travers les Hauts Plateaux, Tebessa au sud de la wilaya de Sidi Bel-Abbès. Ces projets d’infrastructures de base viennent consolider l’aéroport de Bouchkif et le réseau routier de 2.412 km, dont certaines routes ont bénéficié, au titre de l’actuel et du précédent programme quinquennal, d’opérations de réhabilitation et de rénovation. Découpée administrativement en 14 daïras et 42 communes, la wilaya dispose d’importantes ressources naturelles, en particulier 1.609.900 ha de terres agricoles dont 705.000 ha cultivables et 142.966 ha steppiques.  Les efforts déployés pour la valorisation de ces ressources ont permis d’augmenter la production de céréales dans la wilaya de 1,3 million quintaux en 1999 à 5,6 millions qx la saison dernière, ainsi que l’élévation du volume de production du lait de 48 millions de litres à 82 millions durant la même période. D’autre part, Tiaret dispose du haras national de Chaouchaoua, le plus grand centre équestre du pays connu même à l’échelle internationale, où sont élevés des chevaux arabes barbes.
Les efforts déployés dans le domaine agricole ont été accompagnés d’un intérêt accru pour l’irrigation agricole. Depuis 2002, plus de 14 retenues collinaires ont été réalisées en vue de renforcer, par une capacité supplémentaire de 100 millions de mètres cubes, les trois barrages de la wilaya (Dahmouni, Bekhada et Bougara).
Outre le secteur agricole, cette dynamique de développement a ciblé la mise à niveau des activités économiques et la promotion de l’investissement à travers l’encouragement de la petite et moyenne entreprise et de l’artisanat. Des sommes importantes ont été consacrées à l’aménagement des zones d’activités à Frenda, Ksar Chellala, Medrissa et Mahdia, ainsi qu’à la création de deux zones industrielles à Tiaret couvrant une superficie globale de 630 hectares, en vue de renforcer l’actuelle zone industrielle (317 ha) et les neuf zones d’activités de la wilaya. Tiaret dispose d’une base industrielle composée d’entreprises dont la société de véhicules industrielles, la fonderie, l’entreprise de production de batteries et celle de fabrication de poteaux électriques, en plus de la concrétisation du projet d’une raffinerie d’une capacité de 5 millions de tonnes/an.  Le développement économique a été accompagné d’un essor en matière de prestations de services surtout le secteur de la santé qui compte six hôpitaux, un établissement spécialisé en psychiatrie d’une capacité globale de 1.534 lits. Le secteur a été renforcé ces dernières années par la réalisation de 19 polycliniques équipées de moyens et d’équipements médicaux modernes et d’un service des urgences. Un centre de protection maternelle et infantile sera réceptionné prochainement.  Le secteur de l’éducation s’est doté, durant la période allant de 2008 à 2012, de 16 lycées, 22 CEM, 35 groupes scolaires et 55 cantines scolaires. L’enseignement supérieur a enregistré une hausse de la capacité de l’université «Abderrahmane Ibn Khaldoun» par la réalisation de 7.000 places pédagogiques, de 4.000 lits, de deux restaurants universitaires et autres structures. Cet établissement universitaire offre actuellement plus de 20.000 places pédagogiques.
Pour ce qui est du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels, quatre centres de formation professionnelle ont été réalisés à Medrissa, Sougueur, Ain Lahdid, Hamadia et Tiaret, outre deux instituts nationaux spécialisés à Tiaret et Ksar Chellala.
Le secteur de l’habitat, qui revêt un grand intérêt des pouvoirs publics, a bénéficié de 1999 à 2009 de 45.538 logements dans différents programmes dont 44.245 logements réalisés et 2.278 seront livrés avant la  fin de l’année en cours.
En matière de raccordement au réseau de gaz de ville, le taux de couverture de la wilaya est passé de 37 % en 1999 à 75 % actuellement et ce à travers 33 communes.
La wilaya a bénéficié d’une enveloppe financière de 5,6 milliards de dinars au titre du programme quinquennal pour relier 6.817 logements au  réseau de distribution du gaz naturel au niveau de dix communes. S’agissant de l’alimentation en eau potable, le taux de raccordement au réseau a atteint 97 % et 96 % pour le réseau d’assainissement. L’alimentation en eau potable sera renforcée à travers l’eau de mer dessalée transférée à partir de la station de dessalement de Marsat El Hadjadj (Oran) pour un volume de 13.000 m3/jour. S’agissant des efforts déployés pour développer le secteur de la jeunesse et des sports, il a été relevé de la période allant de 1999 à 2012, la réalisation de 17 complexes sportifs de proximité (CSP), de 60 aires de jeux, de quatre salles omnisports, de quatre piscines semi-olympiques, de six maisons de jeunes et d’autres structures sportives et de jeunes.

El Moudjahid
 

Clichy-sous-Bois : Hollande présente ses emplois francs pour les jeunes des quartiers

 
François Hollande s'est rendu ce mercredi à Clichy-sois-Bois, en Seine-St-Denis, pour lancer officiellement les emplois francs, un nouveau dispositif pour aider les jeunes des quartiers à trouver du travail. Dans cette ville symbole des émeutes urbaines, le taux de chômage atteint 40%.
 
Son nom évoque les émeutes urbaines de 2005 et fait frémir les recruteurs. Quand on est à la recherche d’un emploi, dire que l’on vient de Clichy-sous-Bois, en Seine-St-Denis, c’est un quasi suicide professionnel. François Hollande a donc choisi cette ville symbole ce mercredi, pour mettre la lumière sur la nouvelle arme du gouvernement pour aider les jeunes des quartiers à s’insérer dans le monde professionnel : les contrats francs. Le principe : si une entreprise embauche en CDI un jeune de moins de 30 ans qui réside dans une zone urbaine sensible, elle recevra en contrepartie une aide de 5 000 euros par an (versée en deux fois : un premier versement de 2 500 euros lors de l'embauche et un second après les 10 premiers mois de contrat). « C'est une mesure anti discrimination, pour que ces jeunes qui viennent de zones regardées parfois comme posant des problèmes puissent avoir une chance », a déclaré le président de la République.

« On doit ramer plus que les autres pour arriver à nos fins »

A Clichy-sous-Bois, 23% de la population est au chômage, un taux qui monte jusqu'à 40% dans certains quartiers. Et ce sont principalement les jeunes qui trinquent. Comme William, 19 ans, un bac pro en poche et des difficultés pour trouver un boulot. S'il ne trouve pas de travail, il en est sûr, c'est à cause de son adresse : la cité Bois du temple à Clichy-sous-Bois : « Il y a tout de suite un cliché de "caillera", des préjugés. Ils nous mettent une image, on est fichés. Par rapport à certaines personnes on part avec un handicap. Nous on doit ramer plus que les autres pour arriver à nos fins ». « Il ne faut pas nous rejeter comme ça, ce n'est pas normal », implore-t-il sur RMC.
Des jeunes comme William, Salim, qui travaille au pôle jeunesse de la ville, en voit défiler tous les jours : « On les aide à faire leur CV, leurs lettres de motivation et on le voit, tous les jours c'est des refus. C'est super difficile de trouver un emploi ou un apprentissage, même un CDD ».

« Ce qu'il faut, c'est que ces emplois soient durables »

250 emplois francs doivent être créés sur le secteur de Clichy-Montfermeil, une des 750 zones urbaines sensibles du pays. Les emplois francs ? Olivier Klein, le maire PS de Clichy-sous-Bois, veut y croire : « A travers ce dispositif on espère lutter contre les discriminations. Sur un territoire comme le nôtre, qui est particulièrement enclavé, c’est faire en sorte que l’entreprise qui a envie de recruter un jeune de nos territoires reçoive une aide financière non négligeable qui va donner une certaine plus-value à ce jeune. Mais tout ça doit s'additionner, ce n’est pas l'emploi franc tout seul, ce n'est pas les contrats d'avenir tout seuls, c'est l'addition de tous ces dispositifs qui va faire que, je l'espère, on créé petit à petit un nouveau mouvement de l'emploi. Ce qu'il faut, c'est que ces emplois soient durables ». Même attente du côté de Salim, qui espère « que les municipalités et les entreprises joueront le jeu. Si on garde (les jeunes embauchés) pendant un, voire trois ans, et que derrière il n'y a rien, ce sera un échec ».

Objectif : 10 000 emplois francs d'ici trois ans
Le dispositif est encore expérimental. Le premier contrat de ce type a été signé le 10 juillet dernier à Marseille. 2 000 de ces emplois francs doivent être signés d'ici la fin de l'année, dans dix Zones Urbaines Sensibles (Marseille, Amiens, Grenoble, Toulouse, Clichy-Montfermeil). Et si ça marche, ils seront étendus aux 750 ZUS françaises avec 10 000 emplois francs au total d'ici trois ans.
 
RMC.Fr

Le gouvernement cible 1.200 quartiers prioritaires

PARIS - La France va concentrer ses efforts sur 1.200 quartiers défavorisés au lieu 2.400 actuellement afin de maximiser l'impact de ses moyens sur les zones jugées prioritaires, a déclaré vendredi la porte-parole du gouvernement.
Adopté en conseil des ministres, le projet de loi sur la politique de la Ville vise à répondre à la Cour des comptes qui critiquait dans un rapport publié en juillet 2012 la dilution des crédits sur un nombre beaucoup trop important de quartiers.
"Il s'agit de mettre fin à un certain saupoudrage et de se concentrer sur les territoires qui en ont le plus besoin", a dit Najat Vallaud-Belkacem lors du compte-rendu du conseil. "Ces nouveaux quartiers prioritaires seront définis sur la base d'un critère unique et global de revenu des habitants, pour le dire autrement, de la pauvreté des habitants."
Cette dernière a précisé que les quartiers concernés par cette nouvelle stratégie seraient choisis à la rentrée.
Le projet de loi, qui comporte une nouvelle génération de programmes de renouvellement urbain d'un montant de 5 milliards d'euros, prévoit aussi de mobiliser les crédits d'autres ministères, comme ceux de l'Education nationale ou du Travail, via des conventions avec les quartiers concernés.
Avec un budget annuel en baisse de 4%, à 504 millions d'euros pour 2013, la politique de la Ville n'est pas épargnée par la rigueur budgétaire mais, pour François Hollande, il appartient à l'ensemble de l'Etat de faire un effort.
"La politique de la Ville ne relève pas uniquement du ministère de la Ville", a souligné Najat Vallaud-Belkacem, rapportant les propos du président en conseil des ministres.
La porte-parole du gouvernement a cité l'exemple des écoles primaires des quartiers sensibles qui sont prioritaires pour le développement de l'accueil des enfants de moins de trois ans.
Elle a aussi rappelé que 30% des 100.000 emplois d'avenir prévus sont réservés aux quartiers difficiles dont les jeunes bénéficient aussi par ailleurs des "emplois francs".
Ces nouveaux contrats, opérationnels depuis juillet, accordent une subvention de 5.000 euros aux entreprises qui offrent un contrat à durée indéterminée à un jeune chômeur habitant dans une Zone urbaine sensible (ZUS).
François Hollande a défendu mercredi ce dispositif lors d'un déplacement à Clichy-sous-Bois en banlieue parisienne et devrait faire encore en faire la promotion samedi lors d'une visite du quartier de Garros à Auch (Gers).
L'adoption du projet de loi en conseil des ministres intervient deux semaines après de violents incidents à Trappes qui ont fait craindre un été agité dans les banlieues.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse
Reuters