Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

mercredi 1 mai 2013

Leurs noms sont liés à l’histoire de la Coupe d’Algérie : Ces hommes qui ont marqué l’épreuve populaire


Lorsqu’on aborde la riche histoire de la Coupe d’Algérie, on s’attarde rarement sur ceux qui ne sont plus là et qui, pourtant, ont grandement contribué à l’essor de cette compétition, la plus populaire et qui n’a pas pris une ride.

Elle se conjugue d’abord au passé avant le présent. A la veille de la 49e finale de la Coupe d’Algérie, le moment est tout indiqué pour parler de ces entraîneurs qui ont grandement contribué à l’essor et la légende de cette compétition et qui ne sont plus là.
Le défunt Mokhtar Arribi, le légendaire entraîneur de l’ES Sétif, détient le record de victoires en finale. Sous sa direction, l’Entente a gagné trois fois la Coupe d’Algérie. La première en 1963 face à l’ES Mostaganem à l’issue d’une finale à rejouer (1-1 et 2-0). La seconde en 1968 contre le NAHD (3-2) et la troisième devant l’USM Alger (1-0) en 1980. Dix-sept ans séparent la première et troisième victoires obtenues par l’ESS sous les ordres de Mokhtar Arribi. Son nom est intimement lié à l’histoire de l’équipe du FLN et du football à Sétif. Un autre membre de la glorieuse équipe du FLN a écrit en lettres d’or son nom dans l’histoire et le palmarès de cette compétition. Il s’agit de Ali Benfaddah.
L’histoire retiendra qu’il a été le premier coach avec qui le MCA (1971 contre l’USMA) et l’USMA (1981 contre l’ASMO) ont remporté la première finale de leur histoire. L’enfant de Zéralda a été un très grand joueur, ici et en France, avant de devenir un brillant entraîneur à succès. Dans ce palmarès, il est talonné par les regrettés Ahmed Zitoun et Abdelkader Bahmane. Le premier, ancien joueur au CR Belouizdad, a perdu deux finales consécutives à la tête de l’USM Alger. La première face au MC Alger (1971) et la seconde, une année après, devant Hamra Annaba. Ahmed Zitoun était un éducateur avec un grand sens du devoir et un respect profond pour ses joueurs. Il a disparu dans un tragique accident de la circulation au retour d’un entraînement sur la route de Larbaa alors qu’il était entraîneur du RCA qui est, cette année, tout proche de la Ligue 1.
Abdelkader Bahmane, qui nous a quittés il y a quelques années, a eu plus de chance qu’Ahmed Zitoun puisque lui a eu le bonheur de conduire l’USMH (1974) et le NAHD (1979) aux côtés de Mokhtar Kalem, au sacre, après avoir été le métronome du Nasria durant de nombreuses années.
Abdelhamid Kermali, disparu en mars 2013, a conduit l’ES Sétif au succès en finale de la Coupe d’Algérie en 1967 contre la JSM Sétif (1-0) dirigée à l’époque par le regretté Hocine Bouchache, une autre légende du football algérien. Les membres de la glorieuse équipe du FLN ont laissé leur empreinte dans cette magnifique compétition, à l’image de Mokrane Oualiken qui a offert à la DNC son seul succès en coupe. L’ancien attaquant a réussi sa reconversion comme entraîneur à la tête de la DNC qu’il a longtemps dirigée et maintenue en première division. Mohamed Salah Boufermes est le technicien qui a contribué à la victoire de Hamra Annaba contre l’USM Alger lors de la première finale de Coupe d’Algérie disputée au stade du 5 Juillet. Djamel Keddou, dont le jubilé aura lieu le 10 mai prochain, a gagné la coupe comme joueur et entraîneur sous les couleurs du seul club de sa vie.
Après avoir perdu quatre finales comme joueur, il a dû attendre la 5e pour goûter au bonheur de la victoire en 1981 face à l’ASM Oran sous les ordres de Ali Benfaddah. Comme entraîneur, il a remporté une coupe, contre le CRB en 1988, avec à ses côtés Mustapha Aksouh. Avec Mahieddine Meftah (JSK-USMA), Djamel Keddou est l’un des joueurs qui a disputé le plus de finales de Coupe d’Algérie. Joueur racé, élégant et au comportement exemplaire sur le terrain, il a été ravi aux siens à la fleur de l’âge.
Djaâfar Harouni, un homme de grande valeur, un éducateur de qualité, lui aussi, a inscrit son nom dans le palmarès et l’histoire de Dame Coupe qu’il a remportée une fois avec la JS Kabylie en 1994 face à l’AS Aïn M’lila. Trois coachs de l’ancienne génération figurent dans cette galerie. Il s’agit de Hamid Benslimane (Bellamine), Mahoud Fez et Abdelghani Zitouni. Le premier a dirigé l’USM Alger lors de sa première finale contre le CRB en 1969 (1-1 et 5-3 en faveur du CRB). Hamid Bellamine était à l’époque une référence. C’est lui qui a jeté les bases de la grande équipe de l’USMA avec le défunt Djamel El Okbi, Belbekri, Abdelkader Saâdi, Abderrahmane Meziani, Hamid Bernaoui, Lakhdar Guitoun…
Abdelghani Zitouni n’a pas eu plus de chance que Bellamine puisque sous sa direction l’USMA s’est inclinée en finale face au voisin, MCA, en 1973. Mahmoud Fez était à la tête du NAHD lorsque ce dernier s’est incliné en finale contre l’ES Sétif (2-3). Il n’en demeure pas moins que le nom du regretté Mahmoud Fez reste lié au seul titre de champion d’Algérie remporté par Hussein Dey.
Yazid Ouahib
EL WATAN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire