Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

vendredi 3 octobre 2014

Industrie agroalimentaire : Deux consortiums d’exportation créés


Des entreprises se sont constituées en groupement d’entreprises d’intérêt économique sans engagement de capital.

Le secteur de l’agroalimentaire connaît une nouvelle réorganisation. Des entreprises se sont unies et ont fédéré leurs expériences en vue de transformer la concurrence en coopération. Une démarche qui permettra de renforcer la production nationale et de booster les exportations. Des entreprises se sont constituées en groupement d’entreprises d’intérêt économique sans engagement de capital. C’est le statut juridique donné aux deux consortiums mis en place dans le cadre du projet de création et de développement des consortiums d’exportations dédiés à l’industrie agroalimentaire. Le premier consortium regroupe une dizaine d’entreprises spécialisées dans l’alimentation animale, à savoir tout ce qui est transformation de viande, de poissons et même les produits laitiers. Alors que le deuxième est dédié au secteur céréalier. Les deux consortiums sont en train de finaliser leurs plans d’action. Dans le cadre de ce projet pour lequel un budget de 400.000 euros a été consacré, trois autres consortiums sont en phase de constitution. C’est ce qui ressort de la première évaluation du projet en question organisée, hier à la résidence d’El Mithak, par le ministère de l’Industrie et des Mines en collaboration avec l’Onudi, le partenaire qui apporte son assistance technique et l’ambassade de France qui lui est le partenaire financier. Après sa mise en œuvre, en février 2012, le résultat du projet est jugé « probant » et « prometteur ». « Ce projet est très prometteur. Notre objectif est d’optimiser les ressources et de fédérer les synergies. Le résultat ne peut être immédiat, mais sera palpable à moyen terme », a souligné le représentant de l’Onudi, Galtieri précisant que « ce projet expirera en 2015, espérant la pérennité aux consortiums ». La secrétaire générale du ministère de l’Industrie et des Mines, Kherfi, a mis l’accent sur la nécessité de renforcer la coopération entre les entreprises pour, surtout, arriver à reconquérir une place sur le marché international. Pourquoi le secteur de l’agroalimentaire ? La SG a indiqué que « les exportation hors hydrocarbures ont connu une évolution non négligeable en passant de un milliard de dollars en 2009 à 2 milliards de dollars en 2013. Le secteur de l’agroalimentaire détient la première place ». Et d’ajouter : « C’est un secteur important du fait qu’il dépasse 50% du portefeuille de la production industrielle du pays. Il contribue à hauteur de 55% du PIB. C’est un secteur dynamique comptant à la fin 2012 plus de 20.000 entreprises et plus de 150.000 emplois, soit 40% de la population active ». Sur ce nombre, une vingtaine d’entreprises ont adhéré, pour l’instant, à ce processus de consortium. Un travail de sensibilisation est en train de se faire pour convaincre les entreprises à s’inscrire dans cette optique qui vise la promotion de la production nationale à l’international. A titre indicatif, l’adhésion au consortium constitue une démarche volontaire. Dans ce contexte, Mme Kherfi a souligné que « la démarche d’exportation doit être intégrée à celle de l’industrie et du développement de la production nationale ». Elle va sans dire que le premier de ces chantiers « est la diversification de l’offre exportable, qui passe par la nécessité d’articuler la croissance des exportations aux secteurs porteurs à haute valeur ajoutée ». Il s’agit, d’après elle, de bâtir une croissance économique sur une demande interne et une demande externe. La SG conclut, en avançant, que cette « stratégie sera déclinée dans le cadre d’un plan national de développement des exportations intégrant la réalisation de diagnostics de toutes les filières et l’analyse des perspectives de croissance sous filières et la mise en place d’un plan d’actions prioritaires portant sur l’instrumentation du dispositif institutionnel de pilotage et le développement des entreprises exportatrices ».
HORIZON

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire