Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

mercredi 10 avril 2013

Dix nouvelles maisons à la Cité internationale universitaire d’ici à 2017


Aux côtés du Japon ou encore du Mexique, la Chine, l’Algérie et la Corée du Sud font partie des pays susceptibles d’avoir désormais leur pavillon. La Cité va augmenter de 31 % ses capacités de logement.
D'ici à 2016-2017, quelque 1800 nouveaux logements sortiront de terre au sein de la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP), boulevard Jourdan (XIVe arrondissement). Il s’agit d’un événement puisque la dernière construction remonte à 1969 avec la maison de l’Iran… Plusieurs pays sont en discussion pour obtenir la possibilité d’édifier leur maison sur le parc est de la Cité et d’accroître ainsi leur rayonnement universitaire et culturel à Paris dont la Chine, la Corée du Sud et l’Algérie.
Chaque maison sera construite suivant le modèle historique de la CIUP. Le terrain sera ainsi mis à la disposition du pays gratuitement, le temps des travaux. Généralement, les pays créent un comité chargé de recueillir les fonds gouvernementaux ou privés. Une fois construite, la maison sera remise à la chancellerie des universités de Paris. Selon les souhaits du maître d’ouvrage, la gestion sera ensuite assurée par le pays ou prise en charge par la Cité.
Quatre autres maisons reliées entre elles seront construites sur le parc ouest, permettant de nouer des partenariats avec des universités et pays étrangers. Par ailleurs des bâtiments vont être rénovés: la maison de l’Ile-de-France financé par la région à hauteur de 22 millions, la Maison de l’Inde, financée par l’Etat Indien. Dans le cadre d’une démarche partenariale, la ville de Paris construit quant à elle deux bâtiments et en rénove un autre, celui de la fondation Victor Lyon avec la participation de la région. Livrées à partir de 2015 et 2016, elles permettront d’héberger des chercheurs et de loger des étudiants, doctorants et postdoctorants.

Un campus à l’anglo-saxonne

La Cité, qui compte aujourd’hui près de 6000 logements étudiants et accueille en moyenne 10.000 résidents par an (en comptant les chercheurs), fait face à un afflux de demandes depuis quelques années: le nombre de dossiers augmente de 10 à 15 % par an et la Cité compte en moyenne sept à huit demandes pour une place! Verdoyant, très agréable, ce domaine estudiantin offre une image de qualité similaire à celle des campus anglo-saxons qui attire plus que jamais. Pour ses admissions, chaque «maison» définit ses critères en plus de ceux que la Cité impose à tous les pays: être au moins en master 1, ne pas rester plus de trois ans et être inscrit dans un établissement francilien. La politique de brassage des nationalités de la Cité prévoit que 30% des chambres de chaque maison soient dédiées à l’accueil de résidents qui ne sont pas de la nationalité de la maison. On peut ainsi rencontrer dans une seule maison jusqu’à 25-30 nationalités différentes.


Le FIGARO ETUDIANT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire