Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

dimanche 8 avril 2012

Pont d'intelligence entre les jeunes français et algériens » : l’association Maison de l’Algérie compte faire aboutir le projet en dépit « d’embûches »

«Pont d'intelligence entre les jeunes français et algériens » : l’association Maison de l’Algérie compte faire aboutir le projet en dépit « d’embûches »


 L’Association Maison de l’Algérie compte faire aboutir son projet « Pont d'intelligence entre les jeunes français et algériens », prévoyant des modules de formation à Alger et Paris dans un premier temps sur la gestion de projets via la mise en place de séjours d’une semaine "Entreprendre en Algérie", nous affirmons œuvrer à concrétiser ce Pont d’Intelligence en dépit « d’embûches ».

                 Notre premier week-end initiatique sur Alger était prévu en septembre 2011 et force est de constater qu’à ce jour, notre démarche n’est pas comprise de part et d'autre (France -Algérie) du moins pas du tout accompagnée par ceux qui devaient l’être, en amont, et  nous le regrettons.

Dans un appel à la jeunesse des deux rives lancé en mai 2011,  l’Association invitait les jeunes français et algériens  à participer à l’émergence de générations d’entrepreneurs à Alger et, ce faisant, à se positionner sur le marché national.

Suite à cet appel, nous avons eu une adhésion massive  à notre projet et nous avons pris conscience de l’intérêt suscité par cette idée auprès de la jeunesse des deux rives.


Au vu des modestes moyens dont dispose l’association Maison de l’Algérie pour faire face à cet afflux, nous avons sollicité le soutien auprès des différents départements ministériels algériens (Tourisme, Culture, Environnement…) et autres administrations et organismes publics en Algérie : (Ansej, Andi, Air Algérie….) et auprès des institutions françaises ( Ministère de la jeunesse et des sports ( jeanette Bougrab), Conseil général du 93 ( Claude Bartolone), Conseil régional de l'Ile de France et Mr François Holland   ), nous déplorons « qu’aucune des structures censées accompagner cette démarche n’a répondu favorablement ». Ce soutien financier sera utilisé pour couvrir les frais de déplacement, de logement des jeunes et la rémunérations des animateurs des ateliers projets, clé de réussite du partenariat entre la jeunesse des deux rives.

L’objectif est de créer des modules de formation à Alger et Paris dans un premier temps, sur la gestion de projets via la mise en place de séjours d’une semaine « Entreprendre en Algérie » qui par conséquent doit booster l’esprit entrepreneurial des jeunes algériens au pays  en mettant à leur disposition un espace favorable et créer une passerelle opérationnelle pour les jeunes français binationaux sans oublier l’effet d’écho sur l’élite algérienne qui a déserté son sol natal.


Nous rappelons qu’il s’agit d'une démarche inédite de la relation franco-algérienne, l'option jeune ( 70% de la population algérienne) que doit déployer la France en direction de l'Algérie afin de renforcer sa présence en Algérie.

Ce genre de « tâtonnement » aiguise l’appétit d’autres pays dont les convoitises pour les jeunes algériens et les beurs en France « sont plus que menaçantes ». Nous avons en pour preuve l’initiative de l’Ambassade américaine à Alger, lancée à l’endroit des étudiants algériens auxquels elle prévoit des « Portes ouvertes sur la formation » en vue d’un « brain drain ».

Cette démarche américaine à l’égard de futurs cadres n’est absolument pas une nouveauté. De nombreuses structures américaines fonctionnent déjà en Europe et notamment en France en direction des élites des banlieues françaises avec pour objectif de former des élites algériennes  américaines qui serviront avant tout l’économie américaine.

L’initiative américaine n’est pas critiquable même si elle cible les compétences parmi la jeunesse algérienne, mais il nous appartient d’interpeller les institutions algériennes et françaises sur notre concept "Pont d’intelligence entre les jeunes algériens et français "afin de les amener à mesurer les retombées bénéfiques que peut générer la dynamique créé par ce mouvement d’échanges , sur les plans touristique, culturels et socio-économique des deux pays.

Ainsi, nous saisissons l'occasion des présidentielles françaises pour interpeller les candidats, la présidente de l'association Maison de l'Algérie a remis en main propre, lors de la rencontre "les candidats face aux associations" organisée par CPCA "la voix du mouvement associatif" le 10 mars 2012 à Saint Denis, la plaquette du Pont d'intelligence entre les jeunes français et algériens à :

- Mr François Holland candidat du PS, aucune réaction à ce jour, nous avons été trés déçu car se présentant comme le candidat de la jeunesse et porteur d'une vision nouvelle de la relation franco-algérien, et de plus entouré au niveau de son staff de campagne par des franco-algériens.

- Mme Nathalie Kosciusko-Morizet porte parole du candidat Nicolas Sarkozy de l'Ump, nous avons été trés surpris de la réactvité du staff de campagne de Nicolas Sarkozy. Mr Patrick Karam responsable de l'organisation des propositions émanant de la diversité pour le candidat travaille actuellement  avec nous afin de transmettre notre proposition au Président candidat Nicolas Sarkozy.

- Mr François Bayou candidat du Modem, aucune réaction à ce jour.

- Mr Jean luc Melenchon candidat du front de gauche, aucune réaction à ce jour, nous sommes comme même supris pour celui qui déclare que sa première visite officielle sera l'Algérie.

 - Mme Eva Joly candidate d'Europe Ecologie les verts, aucune réaction.

Notre conclusion, l'épanouissement durable de la relation entre la France et l'Algérie ne peut se faire qu'à travers la jeunesse porteuse d'un avenir serein et constructif dans un esprit de réciprocité.

Aucun commentaire: