Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

lundi 9 décembre 2013

L’acte de désespoir de Hakim suscite l’émoi

La vidéo choquante montrant le jeune B. Hakim en train de brûler, ce jeudi, s’est vite répandue sur les réseaux sociaux ainsi que sur les sites de médias nationaux et étrangers.
Une terrible scène qui rappelle celle du jeune Tunisien Bouazizi. C’est la première fois en Algérie qu’une vidéo montre ce genre de tentative de suicide.
Cette vidéo a provoqué de nombreuses réactions et des commentaires. Ce tragique acte tire encore une fois la sonnette d’alarme sur cette forme de protestation contre le «mutisme des autorités locales».
Il s’agit en somme d’une ultime et douloureuse façon de protester contre l’injustice régnant dans cette région et ses corollaires, la hogra, la pauvreté, le chômage, la crise du logement, la bureaucratie...  Selon nos sources, la personne qui a filmé cette vidéo est originaire de la commune d’El Mahmel (à 7 km de Khenchela) où a eu lieu le drame. Lorsque B. Hakim est monté sur le mur du siège de la sûreté de daïra, beaucoup de gens se sont attroupés et un citoyen parmi eux a filmé ce qui se passait, croyant que c’était juste une menace.  Dans cette vidéo, on voit le jeune homme sur le mur d’enceinte du siège de la sûreté urbaine tenant d’une main une bouteille d’essence et de l’autre un briquet. Il semble interpeller la foule pour l’associer à son geste de désespoir.
Il s’imbibe d’essence puis allume le briquet pour vite se transformer en torche humaine, provoquant une panique générale parmi les policiers et les passants.
Lorsqu’il tombe sur le sol, il est tout de suite pris en charge par la foule qui, non sans peine, éteint le feu qui dévore son corps. Brûlée au 3e degré, la victime est actuellement dans un état comateux au service de réanimation du CHU de Batna. Ce jeune homme en est arrivé là, selon certaines sources, parce que sa famille vit une situation lamentable, après l’expulsion de son frère d’un appartement qu’il aurait squatté après plusieurs vaines demandes faites de manière légale pour accéder à un logement social.
Il est à signaler que les sièges de la sûreté, dans la wilaya de Khenchela, deviennent ces temps-ci le lieu «privilégié» où des jeunes s’adonnent à cet acte de désespoir. On peut citer le cas d’un jeune homme de 30 ans qui a tenté de s’immoler par le feu le 5 septembre 2013 et celui du vendeur ambulant d’olives, le 21 juillet 2013, dont la marchandise a été saisie par les agents de l’ordre et qui décéda des suites de ses blessures. 

EL WATAN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire