Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

lundi 16 décembre 2013

LE SOMMET ÉCONOMIQUE ALGÉRO-FRANÇAIS SE TIENDRA DEMAIN À ALGER : Les verrous qui restent à sauter

Jean-François Ayrault, Premier ministre français
Le gouvernement algérien a invité, à plusieurs reprises, les opérateurs français à mettre le paquet en engageant des investissements.

Le temps des bilans a sonné. Alger et Paris se donnent rendez-vous, demain, pour faire le point sur leur coopération. Le Sommet algéro-francais qui s'ouvre demain à Alger sera consacré essentiellement à l'examen des perspectives de partenariat. Présidée conjointement par le Premier ministre Abdelmalek Sellal et son homologue français, Jean-François Ayrault, cette rencontre de haut niveau, de deux jours, vise à instaurer un dialogue pour booster les affaires. «Le déplacement du Premier ministre a pour objectif d'approfondir le dialogue bilatéral, dans le prolongement de la visite d'État qu'a effectuée sur place le président de la République en décembre 2012», a indiqué Matignon dans un communiqué rendu public vendredi. Ce sommet qui intervient une année après la visite du président français en Algérie sera l'occasion de faire une évaluation de la coopération. M.Sellal et M.Ayrault vont passer en revue les différents chantiers en lice. Il faut reconnaître que c'est pour la première fois qu'une rencontre de haut niveau se tient entre les deux pays. «C'est une étape importante de notre coopération, à laquelle je suis très attaché. Il s'agira pour nos deux pays d'évaluer de nouvelles perspectives de coopération économique, sécuritaire et dans les domaines de l'éducation et de l'enseignement supérieur», a estimé la ministre française d'origine algérienne Mme Yamina Benguigui à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors de son déplacement à Paris pour assister au sommet sur l'Afrique. Pour rattraper le retard accusé sur ce plan, Alger et Paris ont multiplié leurs contacts ces derniers temps. Plusieurs visites ministérielles ont eu lieu de part et d'autre pour dégager un plan de travail sur les nouvelles perspectives de partenariat. «Les deux gouvernements veulent multiplier la coopération et il faut aller vite vers cet objectif», a affirmé l'émissaire de l'Elysée Jean-Pierre Raffarin lors de sa dernière visite à Alger. Raffarin se dit «motivé par la perspective de développer cette coopération avec ses volets économique et social».
Ce sommet permet d'ouvrir une nouvelle page dans les relations algéro-françaises, longtemps minées par la question de la mémoire. Les deux pays se sont entendus de baser sur les affaires en reléguant au second plan, les questions politiques. Lors de ce sommet, une feuille de route sera adoptée pour définir les mécanismes et les outils qui sont en mesure de donner un nouveau souffle à la coopération bilatérale. Il sera également question de valider certains projets de partenariat, à titre d'exemple le projet de partenariat entre le Groupe industriel des ciments d'Algérie (Gica) et le groupe français Lafarge, pour développer l'industrie algérienne du ciment. Cette rencontre, va-t-elle permettre de sauter tous les verrous qui bloquent la mise en place d'un partenariat gagnant-gagnant? Nul n'ignore que les Français restent toujours sceptiques à l'investissement en Algérie. Preuve en est, que le projet Renault est devenu concret, grâce à la volonté politique des deux pays. Si l'on se réfère au niveau des échanges entre les deux pays, on constate que les relations commerciales dominent la coopération économique. Le gouvernement algérien a invité, à plusieurs reprises, les opérateurs français à mettre le paquet en engageant des investissements.
En 2012, l'Algérie a été le premier partenaire de la France sur le continent africain avec plus de 10 milliards d'euros d'échanges. Hors hydrocarbures, la France est le premier investisseur. La valeur des échanges se traduit, en outre, par la présence en Algérie de 430 entreprises françaises lesquelles emploient plus de 40.000 personnes, cela sans compter les 100.000 emplois indirects.

L'EXPRESSION

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire