Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

vendredi 27 décembre 2013

ZOUKH AUX MANIFESTANTS À BARAKI : "Exprimez-vous, mais dans le calme"


 
La venue du froid a véhiculé des vagues de colère dans plusieurs wilayas du pays.
Alors que partout dans le monde, on fête l'arrivée du Nouvel An, dans certains quartiers d'Alger et même du pays, on proteste, on crie sa colère. Ces trois derniers jours, ont été marqués par des émeutes.
La journée du 24 décembre a été en effet, le théâtre de plusieurs foyers d'émeutes qui ont éclaté à Ghardaïa, Béjaïa, Bouira et Reghaïa, dans l'est de la capitale.
Pour tenter d'apaiser un tant soit peu les esprits, le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, a déclaré mardi dernier en marge de sa visite d'inspection aux communes de la circonscription administrative de Zéralda (Staouéli, Zéralda, Souidania, Rahmania et Mahelma) qu'aucune liste de bénéficiaires de logements n'est encore prête. «Aucune liste de bénéficiaires de logements n'est encore prête. Les commissions d'étude des dossiers travaillent toujours», a-t-il affirmé.
Une déclaration pour démentir la rumeur qui avait mis la banlieue d'Alger sur une poudrière. Celle-ci disait que le site de Bentalha qui devait accueillir les habitants des bidonvilles de Baraki a été attribué à d'autres habitants, venus d'autres quartiers de la capitale. Il a, en outre, tenu à appeler les jeunes au calme. «Il faut laisser les commissions d'étude travailler. J'appelle les gens à s'exprimer dans le calme», a-t-il poursuivi. A peine le froid a commencé à se faire sentir, les gens ont commencé à paniquer.
Comme chaque saison hivernale en Algérie, le mauvais temps rime souvent avec dégâts, inondation, effondrement d'habitation, pénurie de gaz... Ce sont là les ingrédients qui ont acheminé ces derniers jours de nombreux mouvements de protestation à travers plusieurs wilayas du pays, notamment à Baraki, Réghaïa, Béjaïa, Jijel, Bordj Menaïel. Dans la circonscription administrative de Baraki, les habitants des bidonvilles qui ont poursuivi mardi dernier leurs protestations, ont affirmé qu'ils continueront leur action jusqu'à ce qu'ils bénéficient de logements décents.
Ces derniers ne supportent plus de vivre dans des baraques sans cesse inondées par les eaux de pluie. C'est pourquoi les habitants de la cité de Diar El Baraka et de Haouch Bega ont pris la décision de passer à l'action en barrant la route principale et celle menant à l'APC de Baraki à l'aide de pneus et de pierres, après avoir passé la nuit dans la rue. Il est à rappeler que la wilaya d'Alger, dans le cadre de la lutte contre l'habitat précaire, dispose d'un programme de 35.000 logements inscrits à la réalisation en 2008, dont 20.000 unités sont «fin prêtes» à la distribution. M.Zoukh avait déclaré récemment que ces logements implantés, notamment dans les communes de la banlieue est d'Alger c'est-à-dire Ouled Chebel et Birtouta, ne seront affectés qu'après la réception des différents équipements publics nécessaires (école, marché,...), dont certains sont à créer.

L'expression

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire